C'est le corps reposé et la tête pleine d'images ensoleillées de la campagne ombraise, des villages du Lazio et de Rome la Magnifique que le Géant Vert vous retrouve sur son blog. Les statistiques montrent que malgré son absence, vous avez été nombreux chaque jour à visiter les archives, aussi il n'est pas question de s'arrêter en si bon chemin. Mais comme toute bonne rentrée, celle-ci engendre des centaines de projets dans ma tête et il va falloir trouver du temps pour les mener à bien.
Dans le domaine de l'écologique, le Géant Vert, soutenu par ses amis, élargit ses ambitions à la création d'une association et d'un webzine dont vous serez évidemment tenus au courant. Pour l'instant, il ne doit tout de même pas oublier qu'il a un mémoire à soutenir en septembre, un boulot à assurer et une nouvelle année de fac à suivre s'il veut clore son cursus universitaire. Tout ça pour vous dire (enfin...) que les mises à jour seront moins fréquentes et qu'elles suivront désormais un rythme hebdomadaire.
Comme 2005/06 sera pour moi l'année du voyage (plein de destinations en vue...), nous en profiterons pour jeter un coup d'oeil sur ce qui se passe écologiquement parlant dans les autres pays. Commençons par l'Italie...




ITALIA


italie

Le saviez-vous ?

L'Italie est le premier producteur européen de fruits et légumes ainsi que de riz. Le pays est également 2ème exportateur mondial de vin.
Les Italiens exportent donc fruits, légumes et vins mais le relief montagneux du pays rend les cultures difficiles : seul 1/3 d'entre elles sont situées dans les plaines, les autres occupant des zones de piémont et de montagnes. C'est pour cette raison que les exportations agroalimentaires ne compensent pas les importations et que la balance est déficitaire.
Depuis les années 90, le pays a développé le secteur de l'agriculture biologique. De 4600 en 1990, les exploitations bio ont vu leur nombre se multiplier par 10 en dix ans sur le territoire italien. C'est principalement en Sardaigne et en Sicile qu'elles se sont implantées. L'Italie se place donc en première position (devant l'Allemagne, l'Espagne et l'Angleterre) en ce qui concerne les surfaces consacrées à l'agriculture biologique en Europe. Entre 2000 et 2001, la consommation de produits bio a plus que doublée dans le pays : elle a augmenté de 53% !

En 2003, les émissions de gaz à effets de serre étaient en hausse (+ 5% en dix ans) mais on notait une réduction des oxydes d'azote, des composes organiques volatiles, et des dioxydes de       soufre. Seule la moitié des systèmes de dépuration des eaux souterraines étaient aux normes mais les possibilités de baignades sur le territoire s'étaient arrangées. 2/3 du pays serait considéré en risque d'érosion mais 9% du territoire était protégé et les surfaces forestières augmentaient. On constatait la diminution des zones industrielles à risques.
En 2000, la moyenne des déchets par habitant et par an s'élevait à 500 kg.
Aujourd'hui, des risques de désertification menacent certaines zones du sud du pays.
Malgré ses progrès, l'Italie semble donc avoir encore beaucoup d'efforts à fournir pour assurer la protection de son environnement.

(Source : AtlasObs 2003, lease.com, Courrier International)
Et pour plus d'infos, consultez le rapport environnemental de l'OCDE, Organisation de Coopération et de Développement Economique.


Ce que le Géant Vert a constaté (et qui ne se veut absolument pas règle générale)...

C'est dans une petite maison perdue dans la campagne de l'Umbria que le Géant Vert a passé ses vacances. En prenant le petit déjeuner sur la terrasse, il pouvait contempler la campagne typique de la région, assez proche dans ses paysages de sa voisine toscane. Ce sont les nuances de vert et de jaune qui se déclinent sur les collines mais aussi le découpage des cultures qui rendent cette campagne si belle. Car les haies ici n'ont pas été arrachées au profit des grandes cultures intensives.
Les habitants du coin se déplaçaient beaucoup à vélo. De nombreux cyclistes sillonnaient les routes tous les jours et plus encore le dimanche.
Niveau recyclage, le niveau laissait par contre à désirer. De petites poubelles avaient été installées dans le village voisin pour recycler le papier, le verre et le plastique mais en deux semaines, elles n'ont pas été ramassées une seule fois et les déchets s'étalaient sur le trottoir.
Au supermarché, on vous distribue encore de grands sacs plastiques jetables mais on vous encourage à utiliser des cabas et à acheter des sacs réutilisables. On trouve des produits biologiques et régionaux abordables à tous les rayons.
Du côté des transports en commun, mieux vaut ne pas être pressé si vous prenez le train. Les tableaux de la gare affichent l'heure à laquelle doit partir le train et l'heure effective à laquelle il partira et nombreux, voire systématiques, sont les retards. L'inconvénient est compensé par les tarifs pratiqués, pour exemple, sur une même distance : un aller-retour Rome/Rieti sans carte de réduction m'aura coûté 2 fois moins cher qu'un aller-retour Poitiers/Limoges avec carte 12/25.