HABILLEZ-VOUS
ETHIQUE ET ECOLOGIQUE

robe_lin2

L'industrie textile est une des plus polluantes en raison de sa grosse consommation d'eau, d'énergie et de produits chimiques.

Les différents éléments qui composent un jean sont transportés sur 65 000 km avant d’être assemblés, ce qui entraîne une grosse pollution causée par les engins motorisés qui les véhiculent.

La culture du coton, qui ne représente que 3% des surfaces cultivées, consomme le quart des insecticides utilisés dans le monde et jusqu'à 30 fois plus d'eau qu'une culture de blé et 60 fois plus qu'une culture de pommes de terre ! Il faut entre 7000 et 29000 L d'eau pour produire 1kg de coton.

85% des textiles finissent à la poubelle alors qu'ils pourraient être donnés, vendus [cf Je donne, je vends, je réutilise] ou déposés dans les bennes mises à disposition par les collectivités pour qu'ils soient recyclés. Renseignez-vous auprès de la mairie.

De nombreuses industries ont délocalisé leurs entreprises dans les pays du Tiers-Monde qui leur fournissent une main d'oeuvre bon marché, facilement exploitable et non syndiquée. Le textile est un des secteurs qui favorisent le plus ces mauvaises conditions de travail. Pour en savoir plus sur la consomm'action, allez faire un tour sur le site du collectif : De l'éthique sur l'étiquette.


4_ecolabel2L'écolabel, dont on a déjà parlé dans ce blog, s'applique aussi aux textiles ! 46 entreprises en Europe sont labellisées (dont 17 danoises).
Pour être éco-labellisé, un textile doit contenir des quantités limitées de produits toxiques dans ses fibres. Sa fabrication doit limiter les émissions atmosphériques polluantes et les rejets d'eaux usées. L'encollage doit utiliser des amidons naturels, comme la fécule de pomme de terre. Le blanchiment est effectué dans une lessive à base d’eau oxygénée. Les colorants doivent répondre à des normes strictes de biodégradabilité. L’eau consommée par le blanchiment et par la teinture doit être purifiée avant d’être restituée à la nature. Il obéit à des critères stricts, par exemple en matière de rétrécissement et de persistance des coloris. (source : TV Link Europe)



Matières à privilégier :

¤ le LIN : matière naturelle qui absorbe l'humidité du corps et diminue la température (très pratique en été) et les tensions musculaires. Elle est légère, anallergique, solide et durable. On lui prête des vertus antistress.
¤  le CHANVRE : pour les mêmes raisons que le lin.
¤  la SOIE : matière naturelle (fabriquée par les vers à soie), elle protège du chaud l'été car elle est fine et légère et du froid l'hiver car elle est chaude et isolante. Extrêmement solide et durable.
¤  la LAINE : matière naturelle qui régule l'humidité du corps et laisse la peau transpirer. Très bon isolant thermique. A préférer pure, vierge et non traitée.
¤  le COTON BIOLOGIQUE : matière naturelle qui absorbe l'humidité du corps (mais protège mal du froid). Le coton bio est plus souple et plus doux que le traditionnel et intègre une démarche de commerce équitable.
¤  la FIBRE POLAIRE : matière artificielle qui a l'avantage de pouvoir être fabriquée à partir de bouteilles en plastiques recyclées (de 14 à 25 bouteilles pour un pull). Légère et chaude, elle sèche rapidement.


Matières à éviter :

¤  le COTON : matière naturelle mais dont la culture est extrêmement nocive pour l'environnement.
¤  le NYLON : matière artificielle dont la fabrication convoque des produits pétrochimiques non renouvelables, qui consomme de grandes quantités d’eau et d’énergie et qui met très longtemps à se biodégrader.
¤  le POLYESTER : idem que pour le nylon.
¤  la FOURRURE : vraie, son commerce demande l'abattage de nombreux animaux et encourage le braconnage pour les espèces protégées. Fausse, elle demande l'utilisation de plusieurs litres de pétrole par manteau.
¤  le CUIR : matière qui demande l'abattage de nombreux animaux. Les procédés de tannage et de teinture sont polluants et toxiques pour ceux qui les manipulent. Attention aussi aux cuirs qui sont susceptibles de provenir d'animaux sauvages (kangourou pour les baskets Predator d'Adidas par exemple).